Parfois, une oeuvre vous percute. Vous êtes alors pour un temps à l’exérieur du temps, capturé et captivé par une chose qu’on apelle simplement le talent. La peinture de Pablo Avendaño provoque ces sentiments, elle est séduisante. La figure et le corps qu’il trace sur la toile sont en partance, le trait et la couleur qu’il mâitrise à la perfection jouent avec la limite de la présence: nous sommes dans l’instant qui précède à la décomposition et pourtant tout est là, encore là. Comme des reliefs de vie accrochés à l’instant, Pablo Avendaño peint le dernier moment avant l’effacement.

Natasha Maes , Emission Javas , RTBF. Mai 2003, Bruxelles